Spectacles

spectacle en couche
Tout public
1 h

La fin de Don Juan

ou la fin d'un mythe
Don Juan est chez le psychanalyste car il va très mal. Son pouvoir de séduction
n'opère plus, il est devenu impuissant. Il s'était longtemps cru immortel parce qu'un
mythe. Mais les femmes d'aujiourd'hui ne le regardent plus comme avant, elles ne le
voient même plus. Pire elles disent elles-mêmes et simplement leur attirance aux
hommes qui leur plaisent et se moquent bien désormais des séducteurs maschistes.
Don Juan est-il fini ?
Je sors du théâtre, et d'un Don Juan qui m'a mis en colère. Je n'ai rien compris.
Hélas, il en est de même pour tous les spectateurs et pire, pour tous ces élèves de
Première et de Terminale que cette piteuse expérience risque de tenir éloignés des
salles pour longtemps. Un ami, parmi les excellents comédiens que j'interroge,
m'avoue que lui non plus n'y comprend rien... Bref, il faut bien manger !...
Don Juan ! Un personnage dont la souffrance sous-jacente m'a touché. Molière,
Mozart, un espagnol dont j'ai oublié le nom... voilà ce qui me vient. Et puis... un
souvenir de fac de psycho : "Don Juan est un hystérique..." Hystérie, utérus, un truc
de femme a priori ? Un héros pourtant si masculin, créé par un religieux aux moeurs
de débauché, mais repris par des génies ! Il va falloir creuser...
Et puis, voilà qu'encore en colère, je prends peur : écrire quelque chose, moi...
? Mais ça ne va pas ? Sur Don Juan ! Prétentieux ! Pour qui te prends-tu ? Et puis
bien sûr, quelque chose d'original tant que tu y es ! Laisse vite tomber !
Pourtant, ça me travaille...
Don Juan : un mythe, donc de la projection. Projection : systéme de défense qui
tend à évacuer ses émotions douloureuses en les attribuant à l'autre... Don Juan est
une projection de l'âme masculine. Voilà le coeur d'un futur propos. Bon, d'accord !
Mais il me faut aussi une histoire, un drame, une intrigue, et originale en plus ! On a
tellement écrit et parlé sur le sujet ! Voyons, et si..., si Don Juan s'enlisait,
disparaissait sous la pression des changements sociaux et de l'avènement du
deuxième sexe ? C'est ça, oui, la fin de ce mythe : "La fin de Don Juan" ? Finis les
machos volages ! 1968, les femmes ne seront plus jamais soumises, elles font leurs
choix. Bref, Don Juan est devenu impuissant !... Don Juan impuissant : un comble !
Don Juan impuissant : ça va surprendre ! Mais attention : pas impuissant
sexuellement. Impuissant désormais à séduire tout azimut des femmes qui ne seront
plus jamais recluses dans leur condition passée. Don Juan malheureux, humilié,
effondré, dépressif. Fini ?...
Non, car Don Juan, victime expiatoire de ses créateurs, s'adresse, dans un
dernier sursaut vital, à un psychanalyste. Un thérapeute qui parle peu, ou pas,
comme... comme un mannequin. C'est ça, un mannequin pour le rôle du
psychanalyste. Pas cher un mannequin comme comédien, et à quel point efficace en
la circonstance ! Parfait un mannequin pour réifier un psy indifférent aux souffrances
du héros, comme ce dernier le fut lui-même face aux souffrances des femmes. Don
Juan seul, face à rien, non : face à lui même.
Et cette cure psychanalytique ? Don Juan vrai, enfin ! Mais Don Juan en mythe
terminé, irrémédiablement foutu. Don Juan au bord du suicide faute d'existence ?
Non, Don Juan sauvé par la femme nouvelle, sans peur et sans rancune ?
Sauvé, oui ! Mais à quel prix ?
Fini le mythe, Ecce homo, Don Juan souffrira de l'amour et connaîtra la mort.

Infos techniques

Lieux de diffusion :

texte

Espace scénique minimum :

texte

Temps de montage :

texte

Tarifs

texte